L’Industrie Electrique et Electronique en Tunisie IEEE

Les produits des IEEE fabriqués en Tunisie relèvent de  trois branches:

BRANCHE ÉLECTRIQUE

  • Conducteurs nus, isolés et accessoires
  • Machines tournantes et accessoires
  • Machines statiques et accessoires
  • Appareils de connexion, de commande et de protection
  • Piles et accumulateurs
  • Lampes et dispositifs d’éclairage

BRANCHE ÉLECTRONIQUE

  • Circuits imprimés
  • Modems
  • Afficheurs électroniques
  • Ordinateurs
  • Assemblages électroniques

BRANCHE DE L’ÉLECTROMÉNAGER

  • Les équipements électriques à usage domestique :

Réfrigérateurs, machines à laver, appareils électriques  de chauffage (chauffe-eau, sèche cheveux, fers à  repasser, cuisinières, …)

  • Les produits à usage industriel qui viennent en  extension aux produits ménagers comme les chambres  froides, les ventilateurs, les meubles réfrigérés,…etc.
Le secteur et ses entreprises
Les Entreprises

Au cours des dernières 5 années la production des industries Electroniques et de l’Electroménager IEEE a connu une croissance moyenne de 18%  par an. Elle a évolué de 3010  MTND en 2006 à 5 763  MTND en 2010. Le secteur IEEE compte 370 entreprises de 10 emplois et plus et un effectif de 85 000 personnes, soit 16% des emplois des industries manufacturières.

Les entreprises totalement exportatrices sont au nombre de 247 unités employant 70 800 personnes, soit 88% des emplois du secteur. Le nombre d’entreprises en partenariat est passé de 153 unités en 2005 à 240 en 2012.

[icon name= »icon-play »] Une croissance des échanges extérieurs à deux chiffres:

Les importations du secteur sont passées de 3264 MTND en 2006 à 5 353 MTND en 2010, soit un taux de croissance annuel moyen de 13%. Sur la même période, les exportations ont augmenté de 2661 MTND en 2006 à 5 178 MTND en 2010, soit un taux de croissance annuel moyen de 18%. Les exportations du secteur des industries électriques, électroniques et de l’électroménager maintiennent une croissance forte et régulière notamment grâce à l’effort d’intégration. Le taux de couverture du secteur s’est nettement amélioré en passant de 66 % en 2000 à 97% en 2010

Les grands groupes étrangers des industries électriques implantés ne Tunisie sont :

   BOSCH, CASCO, CEGELEC, DONCASTER CABLES, DRÄXLMAIER,
   FRITZ, DRIESCHER, HAIER, HEINRICH KOPP, KASCHKE,
   KBE ELEKTROTECHNIK, KROMBERG & SCHUBERT, LATÉCOÈRE,
  LEAR CORPORATION, LEONI, OPTELEC, PHILIPS, RADIALL,
  SOCOMEC, SOMFY, SUMITOMO, SYLVANIA, VALEO, VOSSLOH SCHWABE,
  YAZAKI, YURA CORPORATION, ZODIAC…

Les grands groupes étrangers des industries électroniques implantés ne Tunisie sont :

  ANJOU ÉLECTRONIQUE – ASTEEL – FITELEC
  FUBA PRINTED CIRCUITS- GROUPE ACTIA
  GROUPE COFIDUR – ISOPHON VERTRIEB
  JOHNSON CONTROLS – KASCHKE – LACROIX ÉLECTRONIQUE
  MENTOR – PHILIPS – PHOENIX – SAFRAN – SIEMENS –
  ST MICROELECTRONICS – THOMSONMULTIMEDIA – WECO WESTER EBBINGHAUS –

  YAMAICHI ELECTRONICS – ZOLNER …

Les métiers de l’électricité et de l’électronique recrutent à tous les niveaux : conception de circuits intégrés, automatisation de production industrielle, production et transport de l’énergie électrique, climatisation, éclairage, développement de solutions informatiques embarquées…

L’électricité et l’électronique. L’électricité est un phénomène physique engendré par des déplacements d’électrons au sein de la matière. Ce phénomène peut être utilisé comme source d’énergie. Sa bonne compréhension remonte au XVIIIe siècle.

Depuis, les chercheurs ont découvert de nouvelles applications à cette énergie. L’électronique est une science de l’ingénieur plus récente qui étudie et conçoit les structures effectuant des traitements de signaux électriques (courants ou tensions) porteurs d’information ou d’énergie.

Amélioration de l’export de l’IME avec plus de 11 milliards de dinars

par an mais le rythme de croissance reste encore inférieur à celui de 2010.

I/ Analyse globale du commerce extérieur :

Durant l’année 2014, les paramètres du secteur des industries mécaniques et électriques «IME» ont affiché une augmentation au niveau des exportations par rapport à l’année 2013.

Cette augmentation est de 11,7 % (11 574,2 MD pour l’année 2014 contre 10 364,6 MD pour l’année 2013 (Graphique 1).

Même si cette augmentation est supérieure à celle de 2013 (6,7%), elle reste toutefois, encore inférieure de l’augmentation de 2010 par rapport à 2009 qui était égale à 34,5 % (Graphique2).

Le secteur des IME  reste  le premier secteur exportateur de l’industrie et participe à hauteur de 40,7 % de l’ensemble des exportations des biens (Graphique 3).

Durant l’année 2014, les importations ont été marquées par une légère augmentation de 0,6 % (17 283,6 MD pour 2014 contre 16 048,0 MD pour 2013).

L’amélioration de l’export et la quasi-stagnation des importations  ont  eu des répercussions positives  sur le taux de couverture. En effet, et comme indiqué dans le graphique 1 ci-dessus,ce taux a atteint affiche une valeur de 67,0 % soit une augmentation de 3,7 % par rapport à 2013.

Pour le régime offshore, le taux de couverture affiche une valeur importante de 172,3%   avec  une augmentation de 4,9 % par rapport à l’année précédente (Graphique 4).

Concernant le régime général, on enregistre un faible taux de couverture  de 8,9 % qui reste inchangé par rapport à l’année précédente.

Conclusion : L’analyse des exportations  de l’IME en 2014, permet de conclure que

[icon name= »icon-ok »] Les exportations ont évolué de 11,7% en 2013 par rapport à l’année précédente alors qu’en 2013 ce taux n’était 6,7%. Cependant on est encore loin du rythme de croissance atteint en 2010 (34,5 %).

[icon name= »icon-ok »] Le taux de couverture des IME a augmenté de 64,6 % (2013)à 67,0% (2014).

[icon name= »icon-ok »] L’IME est toujours en tête des secteurs exportateurs avec 40,7 % de l’ensemble des biens conte 37,4 % pour l’année précédente.

[icon name= »icon-ok »] La majorité des exportations (91,5%)  proviennent  du régime off-shore  dont la part dans l’exportation ne cesse d’augmenter au profit du régime général.

II/ Analyse par sous secteurs :

Le graphique suivant montre l’évolution des exportations des sous-secteurs :


N.B : Matériel de transport : tracteurs, camions, bus et cars, voiture de tourisme, châssis et carrosserie …
– Autres industries mécaniques : Toutes les industries mécaniques sauf le Matériel de transport.

L’analyse de l’export par sous secteur montre que les industries électriques occupent la première place et représentent  63,4 %  de l’ensemble du secteur IME, soit 7 332,9 MD soit une légère augmentation de 10,1 % par rapport à l’année précédente.
D’après le tableau n°1, ci-après,  on remarque que 42,2 % de l’export de l’industrie électrique  provienne de l’activité fils et câbles électriques qui ont enregistré une augmentation de 13,4 % par rapport à 2013.
On trouve en seconde place l’export les autres industries mécaniques (23,4 % de l’IME), Ce sous- secteur a enregistré une augmentation de 9,8 % par rapport à l’année précédente et de 8,3 % en 2013 par rapport à 2012.
En 3ème place, on trouve le matériel de transport qui  représente seulement 13,3 %  du secteur IME. Ce sous-secteur a enregistré une amélioration de l’export de 23,8 % par rapport à   l’année précédente contre une augmentation de 31,6  % en 2013 par rapport à 2012

Concernant les importations, représentées dans le graphique ci-après, on remarque que les autres industries mécaniques sont classées en première position avec une part de 45,5 % soit 7868,8MD. Les importations des industries électriques viennent en seconde position avec 32,3 % de l’ensemble des importations du secteur IME alors que le matériel de transport occupe la troisième place avec une part de 22,2 %.

D’après le tableau n°2, ci-après, on remarque que les importations des métaux (fer-acier-cuivre-aluminium)représentent 28,6 % des importations du sous-secteur autres industries mécaniques.

Tableau n°2 : Détail de l’importation de l’IME

PRODUITS Année 2013 Année 2014
en 1000T en MD en 1000T en MD
Autres Industries Mécaniques   7 270,1   7 868,8
Dont :        
Fers et aciers 916,3 1 071,4 1 046,1 1 176,1
Tubes et tuyaux 36,2 196,6 57,7 223,4
Cuivre 54,5 677,6 55,8 676,7
Aluminium 53,2 356,0 62,8 401,0
Roulements-robinetterie   186,4   207,4
Pompes   359,7   322,6
Turbines à gaz   320,8   472,5
Engins Agricoles   75,7   103,9
Machines  I.A.A   75,1   53,0
Machines textiles   38,1   46,0
Machines pour industrie du papier   43,8   59,9
Machines pour l’impression   49,6   60,2
Appareils de manutention   604,4   592,8
Fer +cuivre+alu    2 105,0   2 253,8
Industries électriques   5 260,5   5 586,2
Dont :        
Fils et cables électriques   595,5   623,9
Lampes et tubes cathodiques   569,0   542,1
Appareils de télecom   511,9   459,7
Appareils informatiques   722,1   726,9
Optiques et appareils scientifiques   705,2   829,4
Générateurs transformateurs   393,9   470,7
Matériel de transport   3 517,4   3 828,6
Total IME   16 048,0   17 283,6

 

Conclusion de l’analyse par sous-secteur pour l’année 2014

[icon name= »icon-ok »] Environ les 2/3 des exportations proviennent du sous secteur électrique qui a enregistré une augmentation de 10,1 % par rapport à l’année précédente.Quant à l’export du sous secteur matériels de transport il a enregistré une augmentation de 23,8%. Par contre, le sous–secteur autres industries mécaniques a enregistré une baisse de 9,8 %.

[icon name= »icon-ok »] l’activité fils et câbles électriques représente environ 42,2% de l’export du sous-secteur industries électriques.Cette activité est aussi en augmentation de 13,4% avec une augmentation en volume en passant de 114 000 T/an 120 800 T/an.

III/ Nombre d’entreprises, emplois et investissements du secteur 

Comme indiqué dans le tableau suivant, le secteur des Industries Mécaniques et Electriques (IME) compte actuellement 1 020 entreprises ayant 10 emplois et plus. Le secteur de l’IME participe à hauteur de 26,4% des emplois  et de 18,0% du nombre d’entreprises des industries manufacturières. En effet, le secteur emploi 135 722 personnes dont 69,2 % dans le sous secteur électrique, électronique et électroménager qui représente seulement 36,7 % de l’ensemble des entreprises du secteur.

Tableau n°3 :Nombre d’entreprises et emplois de l’IME:

Sous-Secteur Totalement Exportatrices Non  Totalement Exportatrices Total
Nombre Emplois nombre Emplois nombre Emplois
Industries Electriques, Electroniques et Electroménagers (IEEE) 244 84 271 130 9 600 374 93 871
Industries Mécaniques et Métallurgiques (IMM) 194 16 857 452 24 994 646 41 851
Total 438 101 128 582 34 594 1 020 135 722

Source : API

Tableau n°4 : Répartition par activité :

  Totalement Exportatrices Non  Totalement Exporta-trices Total
A/ IEEE
Fils+câbles+faisceaux 96 9 105
Mat.de distribution et commande électrique 51 26 77
Composants électroniques 66 8 74
Lampes et appareils d’éclairage autres matériels électriques 10 26 36
Electroménager 2 33 35
Divers 24 13 37
Moteurs, génératrices et transformateurs électriques 20 14 34
Appareillage électrique  pour moteurs et véhicules 12 3 15
Appareils d’émission et transmission 2 4 6
Électronique grand public 3 7 10
Accumulateurs et piles électriques 3 8 11
Machi.de bureau et mat.informatique 1 4 5
Éqpts de contrôle processus indus. 1 2 3
B/ IMM
Construction métallique et quincaillerie 32 165 197
Traitement des métaux 63 58 121
Ouvrages en métaux 16 78 94
Fabrication d’équipements 20 82 102
Chaudronnerie 12 93 105
Industries automobiles 26 43 69
Fonderie 12 17 29
Construction navale 14 5 19
Motocycles et bicyclettes 5 16 21
Transformation d’acier 1 15 16
Fabrication de tubes 4 13 17
Métaux non ferreux 3 12 15
Forge, emboutissage, estampage, métallurgie des poudres 6 7 13
Sidérurgie 2 9 11
Divers 5 0 5
NB: Certaines entreprises opèrent dans plusieurs activités à la fois.

 
Source : API

Parmi les 1 020 entreprises industrielles du secteur, 298 sont à capitaux 100 % étrangers, 443 sont à participation étrangère provenant principalement des investisseurs de l’Union Européenne.On recense 202 unités en partenariat avec les français, 134 avec les italiens et 43  avec les allemands.
Le secteur des IME occupe la 4ème place des investissements industriels. En effet, Les investissements déclarés du secteur IME durant les l’année 2014 représentent 607,7 MD (17,4 % des investissements industriels) contre 749,6 MD durant l’année 2013, soit  une baisse importante de 18,9% .